Contemplation estivale

Ces dernières semaines ont été rythmées d’oisiveté et de contemplation. J’ai arpenté maintes fois, objectif à la main, les ruelles de ce si joli petit village que j’aime tant: Cour-Sur-Loire.

P7040713.JPG

J’ai enfin pris le temps de m’essayer à la photographie munie de mon nouveau compagnon et cela m’a procuré un bonheur indescriptible de pouvoir immortaliser ces paysages faits d’éphémérité:  champs de blés sur fond de ciel bleu, plantes grimpantes et mignonnes fleuries, cours d’eaux aux allures spectrales d’Ophélie (1) et empreints de mysticisme, majestueux papillons se faisant le temps d’une journée funambules des si jolies fleurs des bois.Lire la suite »

Une page n’est blanche qu’en apparence

carnet

Une page n’est blanche qu’en apparence. Les opportunités qu’elle offre sont multiples et infinies. Parfois, la plume glisse avec légèreté sur le papier, les mots dansent sous nos yeux et les phrases telles des farandoles endiablées s’enchaînent les unes après les autres. D’autres fois, c’est à peine si la plume parvient à accrocher les mots qui glissent et dégringolent sur ce papier de marbre, froid et insensible. Imperceptible est alors notre désarroi. Car la page blanche laisse parfois sans voix. Lire la suite »

Autumn, my mental season

autumn.JPG

Autumn came, with wind and gold. ~ Henry David Thoreau

Comme il est plaisant de chausser à nouveaux nos boots fourrées et nos mentaux, encapuchonnés. On s’habille, on se couvre, on s’imprègne, on s’imbibe à nouveau d’automne, on renaît. Dans la terre battue et humide qui embrume les chemins boisés, les feuilles mortes tapissent les allées de leur joli camaïeu de rouge, de jaune et d’orange. On se revêt des couleurs de l’automne pour lutter contre le monotone.

autumn1

It looked like the world was covered in a cobbler crust of brown sugar and cinnamon.”~ Sarah Addison Allen, First Frost

Le froid tout doucement prend ses aises en nos êtres blottis et froissés sous les couches de laines. Le vent effleure et mordille nos pommettes rosées par la fraîcheur automnale. Un nouveau jour se lève et un soleil nouveau de ses timides rayons illumine et réchauffe nos êtres chiffonnés.  Dans un dernier sursaut, la nature semble vouloir renaître une dernière fois pour mieux faner sous l’appel du grand froid. Bientôt sous les draps on cherchera un corps, une présence, une chaleur qui nous avait tant manqué. On en oubliera les chaudes nuits d’été, passées chacun de son côté.Lire la suite »

Adieu, mon amie.

La résilience est intrinsèque à l’oubli. La volonté même d’oublier contient en soi une forme de défaite, d’abandon, consentis ou non. Parfois, je me convaincs que j’ai réussi à t’oublier et à tourner la page des plus belles années de notre amitié. Autant de souvenirs et d’éclats de rire que nous ne revivrons plus jamais ensemble. D’autres fois, je me rends compte que j’oublie pour ne pas m’avouer cette sensation de défaite que ton abandon a engendré et que j’ai fini par cautionner. Il m’arrive même de penser que c’était mérité.

Lire la suite »

Instants volés

Aujourd’hui je vous retrouve pour un article un peu différent des autres, que j’ai longtemps hésité à vous proposer car de manière générale je n’aime pas trop parler de moi ou dévoiler ma vie, je reste quelqu’un d’assez timide au final.

IMG_5959

I walk. I look. I see. I stop. I photograph. ~ Leon Levinstein

Cela fait un moment que j’ai envie de vous parler de mon amour pour la photographie, qui n’est ni plus ni moins qu’une ode à la vie. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé être derrière l’objectif. Moi qui ai passé ces dernières années à observer et à analyser les petites choses et les grandes personnes qui peuplent ce monde en silence, la photographie m’a tout de suite permis de retrouver cette sensation familière et privilégiée de pouvoir saisir à la volée ces morceaux de vies qui s’offraient à mes yeux ébahis.

IMG_59633

Photography is a love affair with life. ~ Burk Uzzle

Il m’est arrivé bien souvent, depuis mon enfance, de me sentir comme spectatrice d’une scène se déroulant devant mes yeux, observant derrière ma vitre tintée le long fleuve pas si tranquille que ça de nos vies s’écouler – il est vrai que j’ai toujours préféré le silence significatif d’un regard ou bien l’encre noircie de mots couchés sur un papier que la parole verbale avec laquelle je ne suis pas vraiment à l’aise, encore aujourd’hui – En tout cas, c’est ce sentiment réconfortant et grisant qui m’anime de plus belle lorsque je passe derrière l’objectif pour immortaliser par milliers ces souvenirs avant qu’ils ne tombent dans l’oubli à tout jamais.

Lire la suite »

18 ans, une vie sans toi

seasick

“Tu as été l’époque la plus belle de ma vie. C’est pourquoi, non seulement je ne pourrai jamais t’oublier, mais je t’aurai constamment dans ma mémoire la plus profonde, comme une raison de vie. J’ai immédiatement compris après ton départ combien la vie allait être longue. Et qu’il fallait que je fasse semblant de m’y intéresser. Je ferai comme les autres. J’irai acheter du pain, je programmerai des voyages … Et de temps en temps je recevrai comme une bourrasque mon besoin de toi…”
— Pasolini

J’ai des morceaux de toi dans le cœur, dans l’âme et sur la peau. Quand d’autres ne laissent que le vide, de toi je garde tout. J’ai toujours tout gardé. – Patrick Poivre d’Arvor

La peur des grands espaces. La peur de la belle aventure, qui commence ce soir, sans toi. Lorsque sur les chemins battus vers de nouvelles routes inconnues, maman et moi, nous irons, je sais que toujours tu seras présent dans un coin de nos pensées. Et je verrais ton sourire se refléter dans la courbe des montagnes et le plis des vagues salines. Je me souviendrais.Lire la suite »