Contemplation estivale

Ces dernières semaines ont été rythmées d’oisiveté et de contemplation. J’ai arpenté maintes fois, objectif à la main, les ruelles de ce si joli petit village que j’aime tant: Cour-Sur-Loire.

P7040713.JPG

J’ai enfin pris le temps de m’essayer à la photographie munie de mon nouveau compagnon et cela m’a procuré un bonheur indescriptible de pouvoir immortaliser ces paysages faits d’éphémérité:  champs de blés sur fond de ciel bleu, plantes grimpantes et mignonnes fleuries, cours d’eaux aux allures spectrales d’Ophélie (1) et empreints de mysticisme, majestueux papillons se faisant le temps d’une journée funambules des si jolies fleurs des bois.

blé.JPG

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P7040858.JPG

P7080947.JPG

Je me suis délectée de pouvoir flirter avec la douce brise qui de son étreinte a rafraîchie la chaleur diffuse qui déferlait en mon corps tandis que les rayons du soleil, tels des dards, mordillaient ma peau blanchie par le froid hivernal.

P7040822.JPG

Plus que tout, j’ai renoué avec cette nature que j’observe malgré moi de ma fenêtre et dont l’appel lancinant ces derniers jours s’est fait plus pressant. J’ai plongé corps et âme dans cette immuable et splendide nature pour y apaiser ma soif et ai laissé en moi fleurir ce sentiment de complétude alors inéprouvé depuis maintenant plusieurs nuitées.

P7070924.JPG

P7070921.JPG

door2.JPG

window.JPG

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

P7040704.JPG

J’ai laissé au bruissement des feuilles, au doucereux pépiement des oiseaux, aux lointaines percussions d’un son de cloche ainsi qu’au ciel en coton mou saupoudré de sucre glace le soin de combler chacune des aspérités qu’avait vu naître en moi l’automne et l’hiver et qu’un printemps naissant avait commencé à désarmer.

nightsky.JPG

Après ce qui m’est apparu comme une vie de clair-obscur, j’ai enfin pris mon courage à deux mains et du bout des doigts j’ai soulevé ce rideau empoussiéré par le temps pour y laisser filtrer la lumière.

P7080959.JPG

plant1.JPG

P7040770.JPG

plant2.JPG

D’un revers de cœur, j’ai balayé cette vie de pyrrhonisme (2) pour m’ouvrir de nouveau à l’optimisme.

*

(1) Ophelie, tableau réalisé par l’artiste peintre Britannique John Everett Millais ❤️

(2) Pyrrhonisme: Doctrine de Pyrrhon, tendance à douter absolument de tout, forme de scepticisme radical.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s