Mon défi minimaliste

ed75d38d4fe9bdde395c8c2df4b22051.jpg

L’an dernier je me suis lancée dans un défi minimaliste un peu fou dont j’avais narré ici les différentes étapes avant de les retirer du blog par souhait de les mutualiser (car je suis la reine pour m’éparpiller, même sur mon blog hehe 😉 !).

C’est une version revue et corrigée que je vous propose avec un petit bilan, un an après, de ce que m’a apporté cette expérience.

Le minimalisme: quésaco?

Minimalism is not about having less. It’s about making room for what matters.

Le minimalisme, en gros hein, est un mode de vie qui privilégie la qualité à la quantité afin de nous amener vers un épanouissement spirituel plutôt que matériel. Il vise à éradiquer le superflu pour ne s’entourer que de l’essentiel (soit ce qui compte le plus à nos yeux).

Quel défi minimaliste pour moi?

Je peux me tromper mais j’ai l’impression que les défis minimalistes ces derniers temps se sont pas mal démocratisés sur le net. Quand j’ai commencé mes recherches afin de trouver le défi minimaliste qui me conviendrait le mieux, il n’y avait pas autant d’articles qui y étaient dédiés.

Je me souviens d’un article qu’avait publié Marina sur son blog, « défi minimaliste en 30 jours« , et qui me faisait de l’œil depuis plusieurs temps déjà mais à l’époque j’avais énormément de travail et certains défis m’étaient tout simplement impossible à mettre en place pour des raisons techniques.

Un matin, alors que je scrollais mon feed twitter, je me rappelle que Julie du blog Banana Pancakes avait exprimé son intérêt pour le défi minimaliste « MinsGame » dans lequel venait de se lancer Anne, du blog Ekolovy

Ce mois-ci, je décidais alors de me lancer moi aussi dans l’aventure, et quelle aventure!

A l’époque, je traversais une période de transition et sans même le savoir, j’étais à un tournant de ma vie (je vous en disais d’ailleurs plus dans cet article). Je ne réalisais pas à quel point ce défi allait changer ma vie.

Le MinsGame

16331ac6cc5e102b4ad822b94a492d5a.jpg

Less is more. – Mies Van der Rohe

Le MinsGame se déroule sur une période d’un mois. Pour faire simple, il s’agit de se débarrasser pour le 1er jour du mois d’un objet, le 2ème de deux etc., ce jusqu’à arriver au dernier jour du mois de votre choix.

Petite joueuse que j’étais, j’avais choisi le mois de Février qui ne comportait que 29 jours, ce qui sous-entendait qu’à la fin de celui-ci, je disais bye bye à 435 objets de tailles, formes, couleurs, matières en tout genre!

Ce défi tombait à pique car je déménageais au mois d’août, et ma vie comme mon esprit avaient besoin d’un réel désencombrement et je ne savais par où commencer.

Il m’a tout de suite séduit car 1) il est progressif 2) j’adore relever les défis 3) je le réalisais en même temps que Julie et Christelle, ce qui représentait pour moi une source de motivation supplémentaire.

Avant le grand tri

Your home is a living space, not a storage place

J’ai pas mal déménagé ces dernières années, et pourtant, d’un déménagement à l’autre le constat restait le même: je continuais à mettre dans des cartons des choses que je n’utilisais pas/plus (make-up, crèmes en tout genre), des fringues que je ne mettais plus (habits fétiches que je ne pouvais plus porter, d’autres qui ne correspondaient plus à mes goûts ou qu’on m’avait offert), des bibelots et reliques hors d’usage de mon adolescence ou cadeaux dont je n’imaginais pas me séparer mais que j’entreposais à l’abri caché des regards ne sachant quoi en faire.

Et tout ça, juste au cas où. Au cas où quoi me direz-vous? Au cas où j’aurais envie de me rappeler que mes poignées d’amour ne permettront plus de porter cette robe que j’ai tant aimé porter? Au cas où un soir par le plus grand des hasards je décide de me tartiner le visage de ce fard à bleu azur que je n’ai jamais ouvert? Bref, vous voyez où je veux en venir.

The best things in life aren’t things.

Afin d’être un minimum organisée et pour ne pas m’éparpiller (encore 😉 ) comme je sais si bien le faire, j’avais alors décidé d’effectuer ce mois de tri pièce par pièce. L’objectif que je m’étais donné était le suivant: je passerais à la pièce suivante si et seulement si j’avais ouvert tous les tiroirs de tous les placards afin de passer à la loupe les objets (habits, bibelots, maquillage etc.) que je comptais garder de ceux dont j’allais me séparer.

Si mon cœur balançait et que j’hésitais sur un objet en particulier, je les mettais dans un sac à part sur lequel j’avais écrit « ? » et je me laissais jusqu’à la fin du mois afin de décider de son sort. S’il s’agissait d’un habit non porté depuis longtemps, je le mettais en évidence dans ma chambre ou la salle de bain afin de trouver une occasion de le porter et qui justifierait que je ne m’en sépare pas.

Le grand tri

32a7752596e098da3bd2aaeeb617ae77

  1. Identify the essential
  2. Eliminate the rest

Semaine 1: la première semaine était dédiée à ma chambre et plus particulièrement mon dressing, cet immense « fourre-tou » 😉

Cette semaine là, je disais bye bye à 28 objets!

  • Jour 1: 1 boîte en métal
  • Jour 2: 1 vieux gilet + 1 sac à main en fin de vie
  • Jour 3, 4 et 5: 2 vieux gilets, 8 tee-shirts (certains datant du lycée) et 2 hauts à manches longues
  • Jour 6 et 7: 2 leggings, 1 paire de gants et son bonnet, 1 écharpe jamais portée, 1 vieux soutien gorge, 2 culottes, 2 paires de collants, 1 paire de guêtres et 2 chutes de rideaux (cherchez l’intrus, je me demande toujours comment ces rideaux sont arrivés dans mon dressing :p ?)

Semaine 2: la deuxième semaine je triais la cuisine et je m’attaquais à la salle de bain. Le nombre d’objet ne cessant d’augmenter je me souviens qu’il m’était devenu impossible, entre le travail, les obligations et les sorties, de le faire jour après jour.

J’avais donc anticipé le tri des jours à venir en prenant de l’avance: si j’avais atteint le nombre requis pour la journée mais que j’avais le temps de trier encore, je continuais à remplir ce fameux sac « ? » et dans lequel je piochais le moment venu.

Ces deux premières semaines avaient aussi été le fruit d’une première réflexion que je partageais alors avec vous sur le blog:

  1. Que faire de ces objets qu’on garde depuis des années en attendant de leur trouver un jour une utilité quelconque?
  2. Que faire des cadeaux qu’on nous a offerts, dont nous ne nous serviront jamais ou que nous n’aimons pas, mais dont on arrive pas à se débarrasser par sentiment de culpabilité?

J’avais alors placé ces objets dans mon sac « ? » et me laissais jusqu’à la fin du mois pour leur trouver une utilité, auquel cas je m’étais décidée à m’en séparer pour de bon et me consolait en me disant qu’ils rendraient quelqu’un d’autre heureux.

En cette deuxième semaine, je me séparais donc de 77 objets, soit un total 105 objets en une semaine:

  • Jour 8: 3 tupperwares, 1 paquet des filtres à café (nous n’avions même pas de cafetière!), 1 gourde en plastique en fin de vie, 2 verres en plastique, 1 vase abîmé
  • Jour 9: 1 boîte célébration lapin vide, 1 paquet de Yogi Tea (reçu dans la thé box, au piment d’espelette…très spécial!), 1 boîte de thé Twinnings vide, 6 sachets de thés (découvertes la Thé Box que je n’ai pas aimé)
  • Jour 10: 6 petits pots et 1 gant en plastique troué, 1 shaker à salade en fin de vie, 1 boîte à bonbons usée, 1 petit pot de marmelade (burk ;))
  • Jour 11: 1 boîte en métal, 3 petits pots Lush vides, 2 présentoirs à gâteaux reçus en cadeau par Françoise Saget, 4 petits pots en verre en fin de vie, 1 petit livre de cuisine
  • Jour 12: 2 crèmes pour le corps périmées, 1 masque, 1 spray à cheveux, 2 petits flacons de produits d’entretient, 1 pot vide Lush, 2 vernis en fin de vie, 1 parfum passé, 2 petits rouleaux à cellulite 
  • Jour 13: 1 vieille brosse à cheveux, 1 mascara, 2 crayons à yeux, 1 eye-liner trop épais, 1 baume à lèvre à la texture bizarre, 1 blush, 2 ombres  à paupières, 1 miroir de poche, 1 rouge à lèvres Dior passé, 1 blush/rouge à lèvre, 1 petite boîte vide Lush
  • Jour 14: 9 petits flacons de parfums, 1 gel nettoyant inadapté, 2 échantillons et 2 pochettes jamais utilisées

Semaine 3: en semaine trois, je finissais la salle de bain et j’attaquais le salon.

Cette avant dernière semaine avait fait naître en moi une réelle prise de conscience: bon nombres des médicaments que j’avais étaient périmés et les trier c’est alors transformé en réelle nécessitée ! J’avais alors investi chez hema dans une pharmacie dans le but de 1) ne plus entasser les médicaments sans les trier, son format plus que correct me force à faire du tri régulièrement 2) compartimenter selon les besoins 3) gagner du temps en cas d’urgence (je m’étais ouvert la main quelques mois auparavant et dans le bazar qu’était alors ma salle de bain il avait fallut de la patience et du temps pour trouver un simple bandage et des straps).

Ce tri m’avait aussi permis de me débarrasser de bons nombres de produits de beauté que je n’utilisais plus ou dont l’odeur et la texture n’étaient plus aussi fidèles qu’au premier jour. En parallèle cela me permettait de me lancer dans une nouvelle étape que j’entreprenais tout juste alors (et qui a fait son petit bout de chemin depuis): me mettre au bio et faire mes produits de beauté maison.

Au passage, je piochais dans mon sac « ? » et disais au revoir à 156 objets, soit en 3 semaines un total de 231 objets. Je vous avoue qu’à la fin de la troisième semaine, remplir les quotas devenait de plus en plus difficile.

  • Jour 15: 5 échantillons de parfum, 3 vieux crayons à yeux de mauvaise qualité, 1 crayon à lèvres, 1 vernis à ongles trop flashy, 2 crèmes l’Occitane pour le visage non adaptées à ma peau (cadeau), 2 pots vides et 1 bassine gigantesque jamais utilisée
  • Jour 16: 4 produits de beauté grand format, 1 boîte, 1 essuie lunette, 3 élastiques, 1 barette, 1 pince à cheveux, 1 boîte à bijoux, 1 boucle d’oreille, 3 plaquettes de médicaments (oui, parce qu’en plus de ne pas les trier, je jette systématiquement les boîtes, j’ai donc dû trier des plaquettes ^^ »)
  • Jour 17: 1 tube de crème, 1 sirop pour la toux, 15 plaquettes de médicaments.
  • Jour 18: 1 gobelet de festival, 1 télécommande, 1 règle, 15 médicaments et soins
  • Jour 19: 2 trousses, 1 bracelet, 1 fleur en mousse, 4 morceaux de mon ordinateur à tout jamais irréparable 😦 , 11 crayons
  • Jour 20: 3 brins d’encens, 1 échantillon, 1 ceinture en tissu, 4 livres de recettes, 3 livres My Little Box, 8 livres de cuisine « Elle à table »
  • Jour 21: 6 livres, 1 tablier Hello Kitty pour enfant, 14 moules en silicones (trop petits et dans lesquels je n’ai jamais réussi à faire cuir qqch)

Semaine 4: la quatrième semaine s’annonçait difficile. Vivant à l’époque dans un 50m2, j’avais beau avoir entassé pas mal de choses ces dernières années, cela restait dans les limites d’un petit espace: l’appartement d’une étudiante. Vivre à deux dans un petit appartement nécessite un tri plus régulier que si j’avais vécu dans une maison: ici les choses n’avaient pas le temps de s’entasser longtemps.

A elle toute seule, cette semaine revenait à jeter presque autant que les 3 autres réunies. Faire les fonds de placards n’était plus une option si je souhaitais trouver les 204 objets manquants.

Autre chose que j’avais cru anticiper en semaine 3 mais qui m’a vite rattrapé: le temps. Le MinsGame peut devenir un défi chronophage si vous ne vous organisez pas un minimum. 

Un peu déçue de ne pouvoir aller jusqu’au bout mais heureuse d’avoir participé à ce défi, je m’étais arrêtée au jour 27 car je n’avais plus rien dont je souhaitais me débarrasser et plus que tout je ne souhaitais pas me débarrasser d’objets juste pour dire « j’ai fini le challenge! » et ensuite le regretter.

Non loin de m’avouer vaincue, j’avais alors décidé de « transformer » ces 57 objets sous forme de « crédit ». Je décidais alors de trier mes réseaux sociaux et de:

  1.  faire du tri dans mes amis, connaissances, followers
  2. supprimer de vieilles publications (tweets, pseudo facebook, lien bidons etc.)

Tout cela dans un but lui aussi minimaliste: je souhaitais rendre mon rapport avec autrui le plus authentique possible afin d’établir un échange plus constructif. Je voulais également protéger davantage le lien fragile qu’entretient ma vie privée de ma vie « sociale ».

Cette démarche me semblait donc le prolongement logique à ce challenge, du matériel au virtuel, il n’y a qu’un pas 😉 !

Ainsi, en cette quatrième et dernière semaine je faisais le point sur mon sac « ? » et je disais bye bye à:

  • Jour 22: 3 cartes postales (jamais utilisées, à envoyer), 2 « trucs » à bulle, 17 moules en silicones.
  • Jour 23: 4 tupperwares, 2 bougies, 17 magazines
  • Jour 24: 3 cartes postales (reçues via postcrossing mais moches), 1 petite lanterne, 1 lampe de poche, 2 boutons, 3 sticks à lèvres, 3 crayons, 1 boîte à bijou, 1 pochon, 2 bandes de tissu, 1 pendentif coquillage,  3 colliers, 2 bracelets, 1 stepper 
  • Jour 25: 5 cartes postales, 1 pot vide, 1 breloque girafe, 4 paires de boucles d’oreilles, 2 boucles d’oreilles dépareillées, 1 bague, 1 pendentif, 1 pochon, 1 crème pour les mains, 1 boule déco de Noël Lush, 1 broche, 5 colliers, 1 bracelet
  • Jour 26: 16 assiettes abîmées, 2 crèmes pour le corps, 1 sac, 1 carte postale, 2 affiches, 1 savon, 1 gloss, 2 coussins (hors photo)
  • Jour 27: 5 sachets de thé passés, du thé en vrac (dans la boîte) passé, 2 gloss, 1 branche de décoration, 1 pilon Havana Club, 1 pantalon, 1 veste, 15 tee-shirts

Cette semaine là 147 objets quittaient mes placards, soit un total de 378 objets sur 4 semaines.

Et après?

En Mars, j’emmenais 4 gros sacs rejoindre le Emmaüs de mon quartier et ce que je ne pouvais donner je le jetais à la poubelle.

En Février et Juin, je partageais avec vous sur le blog deux articles où je me projetais et rêvais à quoi ressemblerait notre futur chez nous, et plus particulièrement  mon futur bureau (enfin un bureau, un vrai, rien que pour moi ❤ ) ainsi que notre salon. Je rêvais de minimalisme, de déco scandinave épurée, de placards magnifiquement bien rangés, tout ce bazar devenait anxiogène, le changement se faisait plus pressant que jamais. 

En Juillet, je prenais mon courage à deux mains et je revendais sur le bon coin nos meubles d’étudiants, pour la plupart donnés par nos familles respectives et dont les styles, les couleurs et les matières ne s’étaient jamais harmonisés (mais dont on se contente largement étudiant). Le tri continuait, à plus grande échelle cette-fois ci !

En Août, nous déménagions enfin et gagnions 30m2 de plus. Pour la première fois de notre vie nos bureaux respectifs, le salon et la salle à manger n’auraient plus à tenir dans une seule pièce réunie ! Je trépignais d’impatiente à l’idée de pouvoir enfin décorer et aménager notre chez nous !

Cependant, dans une démarche toujours plus minimaliste, et ne souhaitant pas retomber dans mes travers, j’avais décidé dans un premier temps de prendre le temps de m’acclimater à notre nouveau chez nous avant de me jeter sur ma carte de crédit pour l’aménager. C’est alors que s’en m’en apercevoir, j’abordais un nouveau tournant qui n’aurait pas vu le jour sans le défi du MinsGame: je décidais alors de changer radicalement ma manière de consommer.

Home Sweet Home: un an plus tard.

68ab65a68f205bbc5ac2d38d8debba8a

Quality is an investment in the future.

Un an plus tard, c’est avec plus de recul que je peux mesurer l’impact réel sur le long terme qu’a eu ce défi dans mon quotidien.

Si je devais définir en un mot notre appartement je dirais: simplicité. Réaliser ce défi minimaliste a vraiment bousculé et remis en question ma consommation à court et long terme. J’achète beaucoup moins qu’avant et surtout j’achète mieux: j’accorde plus d’importance à la qualité qu’à la quantité pour que mes investissements durent sur le long terme et si mes finances me le permettent ou dès que je le peux, j’essaye d’acheter françaisMes achats sont plus réfléchis, moins compulsifs.

Je me souviens que le premier mois, j’ai passé des heures sur le net à la recherche de meubles et de décorations en tout genre. J’avais listé sur une feuille ce que je souhaitais ranger, dans quel type de meuble, les dimensions que je recherchais et par dessus tout le style que je souhaitais donner à chacune de mes pièces (scandinave, geek etc.).

Ensuite, j’avais listé mes favoris sur pinterest ce qui m’avait permis 1) de prendre le temps de me familiariser avec ce qui allait peut-être devenir nos futurs meubles 2) de me projeter dans cette futur décor 3) de faire du tri en retirant de mes favoris les meubles qui finalement ne me plaisaient plus trop à force des les voir ou parce que j’en avais trouvé des mieux et moins cher ailleurs, ou bien encore parce que ceux qui étaient jolis n’étaient en réalité pas du tout pratiques et ne correspondaient pas à mes besoins. Cela m’a permis d’être plus objective et de mieux cibler mes envies.

Ma consommation est alors devenue plus minimaliste et réfléchie:

  • notre chambre se compose d’un lit, de deux tables de chevet et d’une panière à linge sale, ni plus, ni moins. Il m’aura fallu 5 mois de recherches avant de trouver les tables de chevet qui correspondaient à nos attentes respectives.
  • notre salle de bain: 1 seul petit meuble où nous entreposons nos produits respectifs, ce qui nous évite de stocker des choses inutiles. Ces derniers mois je me suis tournée vers le bio et j’ai aussi entrepris une démarche globale plus éco-responsable: j’achète des produits avec le moins d’emballages possibles  (savons, shampoings solides). Je ne rachète un produit que lorsqu’il est sur le point de se finir: par exemple, avant j’avais pleins de crèmes pour le corps, certaines que je n’utilisais jamais. Maintenant je n’en ai qu’une et je n’en change que lorsque celle-ci est terminée. Ceci m’a aussi permis de mieux définir mes goûts en matière de cosmétique et de donner un sens à chacun de mes achats.
  • mon espace de travail se compose d’un bureau, d’une chaise et d’un meuble pour stocker mes documents, tout simplement.
  • notre cuisine: j’ai troqué les sachets de grande surface qui se battaient en duel et s’éventraient dans mon placard pour des produis en vrac que je transvase dans de jolis bocaux en verre. Plus besoin de chercher des heures pour trouver un produit!

En ce qui concerne la décoration de notre cocon, je me pose également plus de questions qu’avant: ce produit est certes joli/mignon, mais correspond-t-il à l’ambiance que je souhaite créer chez moi/dans cette pièce? Est-ce un achat dont je ne vais pas me lasser sur le long terme? J’adore la couleur atypique de cet objet mais vais-je réussir à lui trouver une place chez moi? Où pourrais-je le mettre?

Cela m’a aussi aidé à redéfinir mes goûts plus clairement et à ne plus tendre vers des produits qui ne me correspondent pas. Pinterest m’a aussi permis d’élargir ma vision du minimalisme (il y a d’ailleurs pleins d’autres défis minimalistes proposés et photos pour vous guider dans votre démarche).

Comme vous le voyez, le minimalisme est une véritable manière de vivre qui s’étend à toutes les sphères de la vie, au quotidien. Ce sont autant de petits changements que vous pouvez entreprendre à votre rythme, selon vos envies.

Il reste encore chez nous beaucoup de murs non décorés, ça et là des meubles qu’il faudrait acheter. Mais je me laisse le temps et la réflexion nécessaire pour trouver ces coups de cœur que j’aimerais toujours autant dans dix ans. Acheter est devenu pour moi un engagement que je ne saurais précipiter. Cela me permet d’apprécier d’autant plus ces précieux objets qui vont m’accompagner ces prochaines années.

Aller plus loin

Comme vous avez pu le constater récemment, le minimalisme a donné le vent en poupe à un autre concept qui fait fureur en ce moment sur la toile: le hygge. Ces deux concepts sont à mes yeux complémentaires, leur mise en place permet à tout à chacun de vivre une vie plus épanouie et authentique – d’ailleurs ils s’entrecroisent souvent sur pinterest. Marina et Victoria y avaient d’ailleurs dédié deux articles très intéressants que je vous invite à aller lire de toute urgence 😉

 

J’espère que ce long article vous aura plu et qui sait, vous aura donné envie à vous aussi de vous lancer dans cette aventure minimaliste 😉 ! N’hésitez pas à partager vos expériences minimalistes sur le blog en laissant un petit commentaire 🙂 !

 

Publicités

7 réflexions sur “Mon défi minimaliste

  1. Super article, très inspirant ! Je me retrouve beaucoup dans ta démarche, j’avais commencé à faire le grand tri avant l’hiver mais je n’ai pas fait toutes les pièces, et je compte bien sur le retour des beaux jours pour m’y remettre.
    Bisous xxx

    Aimé par 1 personne

  2. Super article ! Je me remets à trier en ce moment parce que je mets mes vieux cours à la cave (pas encore le courage de les jeter) et que je fais de la place pour mes nouvelles passions : le tricot et la couture ! Ces deux loisirs me font accumuler pas mal de trucs, même si j’achète le plus possible en fonction d’un projet et que ce n’est pas comme une crème pour le corps, ça ne se périme pas 🙂
    Je crois que je vais faire ce défi en trichant un peu car quand je m’attaque ma bibliothèque par exemple, je le fais en une seule fois, je ne reviens pas dessus tous les jours, donc je vire beaucoup en une fois !
    Merci pour ton article inspirant 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci Marie 🙂 ! Je t’avoue que mes cours sont chez ma mère et je n’ai toujours pas eu le courage de les jeter ;). Je suis contente que ce défi te plaise et comme je le disais, tu peux le faire à ton rythme et prendre de l’avance (sans forcément tricher du coup 😉 ) ! Amuse-toi bien en tout cas, bisous bisous !

      J'aime

  3. Très intéressant! J’ai commencé le mois passé à intégrer le minimalisme, en plus du zéro déchet dans ma vie. J’ai commencé par arrêter le shopping complètement et ensuite faire un giga-tri de mes possessions. J’aime surtout lorsque tu parle de tes journées restantes auxquelles tu as consacré le virtuel. C’est bien vrai qu’on finis par ne plus s’y retrouver. Un petit tri de notre liste de courriels et des amis Facebook ne peut jamais faire de tord. Bravo pour cet article ultra-complet, ça inspire! 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Merci pour ces doux mots, je suis super contente que mon article t’aide à approfondir ton expérience minimaliste 🙂 ! J’ai fait comme toi au début et je n’en revenais pas de tout ce que j’avais pu accumuler ces dernières années ! Ca fait vraiment réfléchir 😉 Bonne continuation dans ta démarche, bisous bisous !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s