Autumn, my mental season

autumn.JPG

Autumn came, with wind and gold. ~ Henry David Thoreau

Comme il est plaisant de chausser à nouveaux nos boots fourrées et nos mentaux, encapuchonnés. On s’habille, on se couvre, on s’imprègne, on s’imbibe à nouveau d’automne, on renaît. Dans la terre battue et humide qui embrume les chemins boisés, les feuilles mortes tapissent les allées de leur joli camaïeu de rouge, de jaune et d’orange. On se revêt des couleurs de l’automne pour lutter contre le monotone.

autumn1

It looked like the world was covered in a cobbler crust of brown sugar and cinnamon.”~ Sarah Addison Allen, First Frost

Le froid tout doucement prend ses aises en nos êtres blottis et froissés sous les couches de laines. Le vent effleure et mordille nos pommettes rosées par la fraîcheur automnale. Un nouveau jour se lève et un soleil nouveau de ses timides rayons illumine et réchauffe nos êtres chiffonnés.  Dans un dernier sursaut, la nature semble vouloir renaître une dernière fois pour mieux faner sous l’appel du grand froid. Bientôt sous les draps on cherchera un corps, une présence, une chaleur qui nous avait tant manqué. On en oubliera les chaudes nuits d’été, passées chacun de son côté.

autumn2.JPG

Autumn killed the summer with the softest kiss. 

Au firmament du soleil réchauffant tranquillement nos pieds qui, échappés de la couette s’étaient oubliés en Antarctique, on s’aimera. On oubliera la nuit, on oubliera la vie, on plongera, dans les cendres automnales, on s’abandonnera. Loin du paraître on renouera avec l’être. L’âtre de nos cheminées intérieures nous permettra de survivre aux rudes hivers et en ces contrées une dernière fois pétries du souffle de la vie, on foulera la terre, on ressassera les semaines et les mois d’une vie, d’une année, d’un monde qui, prenant fin, qui tout doucement s’éteint.

autumn3.JPG

The trees are bout to show us how lovely it is to let things go.

Comme l’automne, on contribuera au pot pourri de la vie: ce besoin vital de retourner à la terre se fera plus pressant. De nos cendres tel un phœnix nous renaîtrons: nous apprendrons à planter en nos cœur des espoirs et des rêves nouveaux. Nous nous pétrirons du meilleur comme du pire afin de forger un nouvel avenir que l’hiver verra grandir en son sein, cristallisera jusqu’au retour du Printemps. Comme l’écorce du bois qui fourmille du poids de la vie, nous laisserons le temps à la sève en nous de soigner les brûlures d’un été, d’une année, ayant laissées en nos chairs les morsures et les brûlures d’un autre temps, écorchées par un soleil trop radieux.

IMG_7494.JPG

And into the forest I go, to lose my mind and fin my soul.

Une dernière fois à l’automne, nous nous abandonnerons tel des  âmes vagabondes pour rendre, dans un dernier soupir, à la terre ce qui est à la terre. Nous planterons en nos cœurs les nouvelles fleurs d’un prochain soleil où le froid du grand nord portera bras ballant nos rêves d’autres mondes, ces rêves d’outre-tombe. Ce dans l’espoir d’en faire chanter un jour nos futurs Printemps. Nous renaîtrons au royaume des ombres.

autumn5.JPG

Autumn is here
and I am in love.
My heart has taken residence in my mind.
I pick the crisp ochre leaves
and put them in my pocket.
I am in love.
~ Kamand Kojouri

 

Série prise à Blois et en Auvergne, Septembre – Octobre 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s